Réglementations et évolutions du Bio

Le marché alimentaire BIO en France : une croissance de près de 10% par an.

L’Agence BIO publie les résultats de sa première enquête d’évaluation du marché alimentaire bio en France, réalisée en partenariat avec les Offices Agricoles*.

En 2005, le marché des produits alimentaires issus de l’agriculture biologique est évalué à 1,6 milliard d’euros. Ce marché est en augmentation constante : chaque année depuis 1999, une augmentation moyenne de + 9,5% a été enregistrée dans un contexte où l’ensemble du marché alimentaire progressait de 3,6% par an.

* Enquête réalisée auprès de 517 acteurs de la distribution bio : détaillants indépendants, préparateurs, centrales d’achats de Grandes Surfaces Alimentaires, centrales et grossistes bio et autres grands comptes.

Les produits frais en tête des ventes alimentaires bio :

Le rayon crèmerie, avec les produits laitiers (en particulier le lait liquide) et les oeufs génère un chiffre d’affaires de 326 millions d’euros, soit près de 21% de la consommation des aliments bio.
Les fruits et légumes bio suivent avec 264 millions d’euros, soit plus de 16% du marché alimentaire bio.
Les différentes catégories de pains et farines génèrent 190 millions d’euros, représentant 12% du marché bio.
Les vins issus de raisins biologiques et autres boissons alcoolisées représentent 189 millions d’euros et 12% du marché des aliments bio.
Les viandes et volailles affichent un chiffre d’affaires de 179 millions d’euros, soit plus de 11% du marché bio.
L’épicerie sucrée (biscuits, confitures, etc…) réalise 166 millions d’euros de chiffre d’affaires avec 11 % de parts des ventes et l’épicerie salée (huiles, condiments, etc…) 134 millions pour 9 %

Extrait du nouveau règlement européen relatif à la production et à l’étiquetage des produits biologiques (depuis le 1er janvier 2009).

1/ Harmonisation des normes
Un nouveau pas a été franchi dans le sens de l’harmonisation et de l’extension des normes au plan européen, rendant le système plus transparent pour les consommateurs…

2/ Contrôles
Le système de contrôles et de certification des produits biologiques précédemment en vigueur, faisant appel à des autorités de contrôle ou à des organismes certificateurs privés, est maintenu. Ces organismes doivent être accrédités selon la norme EN 45011 et agréés par les autorités compétentes…

3/ Etiquetage
Les logos AB et communautaire permettent toujours aux consommateurs d’identifier, avec certitude, des produits contenant au moins 95% d’ingrédients bio, la part restante n’étant pas disponible en bio et expressément autorisée…

4/ Importations provenant des pays-tiers à l’UE
Concernant les modalités de contrôles et des échanges avec les pays-tiers à l’Union européenne, la réglementation générale en vigueur dans l’Union européenne a été prise en compte pour actualiser le dispositif spécifique à l’agriculture biologique et assurer une totale mise en cohérence…

5/ Lien au sol
La production hors sol est interdite, notamment en élevage…

6/ OGM
Concernant les OGM, le seuil de 0,9% de présence fortuite d’OGM n’est pas une tolérance. Il s’agit d’une obligation d’étiquetage au-delà de ce seuil. Et toute référence à l’agriculture biologique sur l’étiquetage des produits contenant des OGM est rendue explicitement impossible par la nouvelle réglementation…

Vous pouvez aussi en savoir plus en vous connectant aux sites ci-dessous